Stèle des Mouns

Des villages… Des hommes et des femmes qui résistent….

Pendant la seconde guerre mondiale, les maquisards et les guérilleros espagnols vont marquer à tout jamais ce territoire rural, courageux et résistant.

En 1944, exaspérés par l’omniprésence de la résistance et du maquis de la Crouzette dans la région de Rimont-Castelnau, Allemands et collaborateurs français lançaient régulièrement des attaques contre ce secteur.

Le 21 août 1944, l’armée hitlérienne qui bat en retraite doit rejoindre le reste des garnisons vers Foix. La colonne arrive à Rimont. Les maquisards l'attaquent afin de freiner son avancée et permettre aux Rimontais de fuir le village. Onze habitants seront malgré tout tués par les Allemands. Le village sera incendié et 152 maisons détruites. L’attaque est violente et acharnée.

 


La colonne tente ensuite de reprendre sa route. Les Allemands parviennent à Castelnau-Durban mais sont arrêtés par les maquisards, dont ceux de la Crouzette, puis aidés par des renforts de tout le département. Les Allemands tentent de progresser par les collines dominant au sud et au nord de Castelnau-Durban. Et c’est là, que sur les hauts de Durban, vont également tomber : Paul Bergère, Léon Maudou et Albert Trafiquant. 


L’armée allemande a déposé les armes à Castelnau-Durban sous les platanes et a signé la capitulation, le 22 août 1944, à Ségalas en présence du commandant Bigeard et du major Probert. L’Ariège est libérée… après de rudes combats qui firent des victimes civiles et « combattantes », sans armée régulière spécifique.

Stèle des Mouns

Elle rend hommage aux dernières batailles entre Castelnau et Rimont.

Le trail passe au travers de cette zone de combat 

Clovis DEDIEU, joueur de rugby célèbre, boucher et restaurateur à Castelnau-Durban, s'est engagé très tôt dans la Résistance. Ravitailleur des nombreux groupes de réfractaires des environs, il consacre son temps à l'hébergement des fugitifs, au camouflage de tous les clandestins. Il est bientôt lié à tous les groupes de résistance de la région. Notamment, il aide le maquis de la Crouzette et surtout le renseigne. Il appartient aussi à l’équipe qui a aménagé le terrain de parachutage d'Unjat.


Le 2 août 1944, à huit heures, il est arrêté par la Milice et incarcéré à la caserne de la Milice à Foix. C'est alors, l'enfer. Le malheureux est aux mains d'une équipe de miliciens spécialisés dans la torture. Il subit quatorze heures de torture et meurt, sans avoir parlé, le 4 août, à 17 heures 30, dans la villa du boulevard Alsace-Lorraine dont les caves servaient à "questionner" les malheureux résistants. Enterré, de nuit, dans un champ près de Prayols, il n'est identifié que le 9 août. Cette mort atroce finit d'exaspérer l’opinion et bouleverse bien des consciences.

CLOVIS DEDIEU

PEREZ BENITO dit "OSCAR"

FTP, né le 3 février 1924 à Cénon. Envoyé en Ariège début 1944, il sera des batailles de Vira et Roquefixade. C'est à lui que se rendront les Allemands, à Castelnau-Durban, le 22 août 1944 (reddition signée avec Bigeard).

Service gratuit et accessible à tous

Créer mon site web